Alimentation

DME – Diversification menée par l’enfant

Pourquoi j’ai fait le choix de la DME pour mon fils ? Comment ai-je commencé ? Comment je l’applique au quotidien ? Voici quelques points que je vais aborder dans cet article. J’en ferai d’autres au fur et à mesure de notre avancée dans cette expérience !

Avant de débuter, je préfère préciser que je ne suis pas du tout une experte en terme d’alimentation, de diversification ou de nutrition. Je partage simplement mon expérience car j’ai eu beaucoup de questions via Instagram. J’espère que ces quelques lignes pourront aiguiller certains d’entre vous 🙂

#1 – Pourquoi la DME ?

Pour notre ainée, nous avons fait une diversification classique. C’est-à-dire que nous avons commencé à 4 mois par des purées et des compotes que je préparais moi-même. Pourquoi n’avions-nous pas fait la DME ? Tout simplement car je ne connaissais pas l’existence de cette pratique ! C’est en lisant des articles sur la diversification que j’ai appris son existence. Et je me suis dit que j’avais peut-être loupé le coche… En effet, beaucoup recommande de ne pas débuter la DME si la diversification classique a été commencée. Le bébé pourrait avoir perdu pour partie son réflexe vomitif, appelé aussi gag reflex, et cela serait dangereux pour lui. J’ai malgré tout proposé quelques aliments en morceaux à ma fille : de la poire bien mûre, des pancakes, de l’avocat, de la banane, du brocoli, etc. Son alimentation principale restait le lait et les purées, mais elle appréciait ces moments où elle pouvait manger seule avec ses mains.

Alors quand j’ai appris que nous allions avoir un deuxième enfant, pour moi c’était évident. Nous allions faire cette fois-ci nous lancer dans l’aventure de la DME. Ce choix a été facilité par le fait que notre nounou était prête à nous suivre dans cette démarche ! J’ai continué à lire, à m’informer. A revoir les gestes qui sauvent également (je pense qu’on devrait nous les montrer clairement à la maternité, c’est tellement important…!).

Voici trois références sur lesquelles je me suis plus particulièrement appuyée :

J’ai également lu des articles d’orthophonistes concernant la confusion purée / morceaux. Je me suis aussi penchée sur ce qui se fait outre-Atlantique, au Québec. Les recommandations sont différentes de celles françaises. Au Québec, ils recommandent de débuter la diversification à 6 mois et de débuter par des aliments riches en fer. Ils encouragent clairement la poursuite de l’allaitementjusqu’à deux ans ou plus, tant et aussi longtemps que la mère et l’enfant veulent continuer“. Ils recommandent enfin de de proposer des “aliments à manger avec les doigts à partir de l’âge de six mois. Les aliments qu’on mange avec les doigts sans danger comprennent des morceaux de légumes et de fruits bien cuits, des fruits mûrs et tendres comme des bananes, de la viande cuite finement coupée, hachée ou écrasée, du poisson sans arêtes et du poulet, du fromage râpé, des croûtes de pain ou des rôties“. (voir : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/guide-alimentaire-canadien/ressources/nutrition-nourrisson/nutrition-nourrisson-terme-sante-recommandations-naissance-six-mois/6-24-mois.html)

#2 – Comment j’ai commencé ?

J’ai pu allaiter mon fils pendant 6 mois exclusivement, ce qui fut une belle expérience. Notre allaitement à la demande se poursuit encore aujourd’hui 🙂 Avant de commencer la DME, je me suis assurée qu’il “cochait” bien les critères nécessaires, à savoir :

  • Avoir au moins 6 mois (à quelques jours près)
  • Tenir assis le dos droit
  • Montrer un intérêt pour la nourriture (bon ça, il n’y avait pas photo, ça faisait un moment qu’il essayait de piquer dans nos assiettes :D)
  • Parvenir à attraper des objets et les mettre dans sa bouche

Il faut également être vigilant à :

  • la manière dont il est assis (il doit vraiment avoir le dos bien droit. Ne lui donnez pas à manger des morceaux dans un transat par exemple)
  • son état de fatigue : il doit être bien réveillé !
  • ne pas lui mettre de morceaux dans la bouche. Il doit porter lui-même l’aliment à sa bouche.
  • lui proposer des aliments qui ne sont pas dangereux (pomme, knakis, bonbons, etc.)
  • lui proposer des aliments qui ont donc la bonne forme et la bonne texture (vous devez pouvoir l’écraser en serrant fortement entre vos lèvres)
  • être vigilant à l’introduction des aliments allergènes (oeufs, noix, crustacés, etc.) : on espace de trois jours entre l’introduction de deux allergènes différents.

Les 6 mois venus, nous avons donc commencé la DME ! J’avais investi dans le kit bavoir-plateau Tidy Tot ; investissement que je n’ai pas regretté ! Je l’avais trouvé d’occasion sur Vinted et il convient parfaitement.

Bavoir Tidy Tot

Voici les premiers aliments que je lui ai proposés :

  • Brocolis (cuits une quinzaine de minutes)
  • Banane (je la coupe en deux puis j’enlève une partie de la peau pour qu’il puisse la tenir facilement)
  • Pain des fleurs (ou cracottes bio) à la châtaigne (elles fondent plu facilement que les autres je trouve)
  • Poire
  • Quartier d’oranges (avec la peau : bien les laver avant)
  • Patates douces cuites au four (couper en morceaux de l’épaisseur d’un index et cuire 25min à 210 degrés : c’est super bon, toute la famille se régale 🙂 !)

Puis progressivement j’ai introduit de nouveaux aliments, testé de nouvelles recettes. Il a rapidement montré ses préférences. Si parmi les aliments que je propose il y a de la banane, il va systématiquement commencer par ça ! J’ai également introduit des purées moulinées et des petits suisses vers la fin du 6e mois qu’il mange avec des cuillères pré-remplies. J’utilise des “NumNum” qui sont très bien conçues !

#3 – La DME au quotidien : lâcher-prise et faire confiance à son bébé

Source : https://bougribouillons.fr/dme-diversification-menee-par-lenfant/

Je pense que le maître-mot de la DME c’est vraiment le “lâcher-prise“. Il faut être prêt à accepter que les premiers temps il y en aura de partout, et plus au sol et sur les vêtements que dans son estomac. Mais c’est normal. Les premières semaines sont des moments d’expérimentation pour bébé. Il faut également accepter de ne pas maîtriser la quantité d’aliments ingérée par bébé. Cela peut être angoissant pour certains parents. Je pars du principe que si au quotidien mon bébé est en pleine forme, qu’il tète bien et qu’il suit bien sa courbe de poids, c’est que tout va bien ! Il y a des jours où il va dévorer tout ce qu’il y a devant lui et d’autres où il va se contenter de jouer avec. C’est comme ça. Nous aussi nous avons des jours où nous avons très faim et d’autres non. Il faut ainsi avoir confiance en son enfant.

Je lui propose le plus souvent un ou deux repas par jour – voire trois si nous faisons le goûter tous ensemble. Concernant les tétées, je lui donne le plus souvent avant le repas si je vois qu’il a faim. Sinon il ne mangera pas ce qui est sur son plateau. Mais ce n’est pas une règle absolue. S’il a pris une tétée une heure avant, je ne vais pas lui redonner. J’essaie principalement de faire en sorte que nous puissions manger tous ensemble. Car c’est en nous observant que bébé apprend 🙂

#4 – Et si c’était à refaire ?

Sans hésitation, je referai la même chose. Certes cette méthode de diversification demande une attention élevée constante. Et clairement vos sols vont en prendre un coup. Mais manger avec son petit bébé, lui proposer les mêmes aliments que ceux que nous mangeons, le voir progresser jour après jour dans sa prise des aliments, etc., ça vaut la peine. Selon moi. Car je comprends parfaitement les craintes que certains parents peuvent avoir. Le jour où il a eu son premier réflexe vomitif avec un morceau d’avocat, j’ai eu une sueur froide ! Pas lui. Il a repris son morceau d’avocat comme si de rien n’était ! Alors je lui fais confiance et on chemine ensemble dans cette belle aventure !

Et vous, vous avez opté pour la diversification classique ou la DME ?

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire et à vous abonner à la newsletter pour ne rien louper 😉 !

2 Comments

  • Reply
    Natacha
    décembre 9, 2020 at 2:05

    Merci pour cet article ! Je voudrais faire la dme avec ma fille qui a bientôt 6 mois et c’est bien d’avoir votre retour en plus de ce qu’on peut trouver dans les livres. Il y a juste une question qui me revient tjrs, vous commencez directement l’introduction des fruits ? Comme je sais que dans la div classique on conseille 15j de légumes avant les fruits, j’imagine pour ne pas qu’ils aient le goût du sucré tout de suite. Bonne continuation !

    • Reply
      Anne-Line
      décembre 10, 2020 at 1:16

      Bonjour Natacha,
      Alors personnellement je commence effectivement en lui proposant à la fois du salé et du “sucré”. Les fruits étant consommés entiers, je pense que les petits absorbent au final moins de sucre que s’ils étaient présentés sous forme de compote dans le cadre d’une diversification classique. Mais rien ne vous empêche de proposer à votre fille des aliments salés pendant plusieurs jours avant de passer au sucré 🙂 Je vous souhaite une belle aventure DME !

Laissez une réponse